bloodyshoegazingJouer avec ses pieds...

Shoe, comme Good Shoes, ça se met au pieds, et gazing comme mater, river (des yeux), ce terme ne definit pas les musiciens fascinés par leurs nouvelles chaussures, ou les pros-débutant obligés de regarder constamment s'ils plaquent les bons accord. Les shoegazers ont en fait toujours un oeil sur leurs pédales d'effets utilisées plus ou moins à outrance et qui leur permettent de produire des sons de guitare qui ne ressemblent pas vraiment à celui de la bonne gratte de votre grand-mère. Le shoegazing est devenu presque un genre à part, même si on peut y classer des groupes comme the Verve, le Velvet ou, plus logiquement, les champions du larsen, les Jesus and Mary Chains. Que faut-il pour faire du bon shoegazing ? Une guitare qui fait du bruit, un ampli qui fait du bruit, une pédale d'effets qui fait des bruits, et au milieu du bruit, une voix qui chante mais pas trop fort. Pour qu'on puisse bien profiter du bruit. Pour être méchant, je pourrais dire que le shoegazing du 21è siècle est incarné par Alex Turner des Arctic Monkeys, qui lui s'essaie au roofgazing, mais là j'ai pas d'explication.

La référence du shoegazing, My Bloody Valentine