mrcofeldHappy beurzdé tou iou... Sorry

Je reviens un peu sur mon blog, après ces quelques jours de négligences, pour évoquer ce "superbe" anniversaire : les 30 ans de la mort de Marc Feld, de son nom de scène Marc Bolan. Ou comment illustrer à merveille les théories saugrenues de Sick Boy dans Trainspotting, qui veut que tout le monde, passée la splendeur des beaux jours, sombre dans la nullité déguisée. Il me semble qu'en citant David Bowie, il tape juste, mais il aurait très bien pu balancer ce cher Marc, qui une fois son folk-boogie électrique éprouvée n'a plus jamais toucher le graal. Les inconditionnels me rappelleront que Dandy in the Underworld était bon. Moui, il aurait pu l'être davantage avec moins de synthés, et on est tout de même loin de 20th Century Boy. Bizarrement d'ailleurs cet excellent single marquera la fin de la T-rextasy, allez comprendre... Juste au moment où Marc commençait à parler d'autres choses que de cygnes blancs. Un truc drôle quand même : écoutez les choeurs derrière la voix de Marc, sur toutes ses chansons d'ailleurs, je ne comprendrai jamais pourquoi ce ne sont pas des femmes qui les ont faits. Curieuses 70's. Ah, sympa aussi, regardez Ringo et Marc essayant de tourner cette scène apparemment tout ce qu'il y a de plus sinistre, dans la plate et morose campagne anglaise, qui soyons honnête aurait tout aussi bien pu être française.