ennismorecolinLa pochette la plus tarte de l'histoire de la musique ?

Moins connu que son cousin germain, One Year, le premier effort solo de Colin Blunstone, Ennismore mérite un coup d'oreille, comme on dit pas chez nous. De chansons parfois kitsch (ça s'écrit comme ça, et ça veut dire "poubelle", oui madame), mister Blunstone arrive à nous trouver des arrangements classes qui donne un peu de grâce comme au I Don't Believe in Miracle d'entrée en matière, au refrain un peu lourd. Des restes de Zombies traînent çà et là, mais le tout est plutôt easy listening comme de la (bonne) soupe des années 70, et ne vaut pas le chef d'oeuvre sorti un an plus tôt. Et puis c'est la honte de se balader avec un disque à la jaquette si hideuse.

Quartet : Every Sound I Heard